Résumé du Pérou

 Surf, montagne, rencontres et culture…

Nous parcourons nos premiers km dans le désert du nord du Pérou. Attirés comme des aimants par l’idée de se baigner et de surfer, nous nous dirigeons en bus jusqu’à Mancora. Là bas, nous mangerons nos premiers céviche. Nous faisons des rencontres sympas avec une française,  un français et une argentine avec qui nous décidons d’aller plus au sud. En vélo vers Lobitos, nos vélos se recouvrent de sable mais la route est splendide. Lobitos est le paradis des surfers. Nous y campons 4 jours. Certains y restent plusieurs mois. Puis nous rejoignons  Chiclayo en bus. Marie visite des musées intéressants ; Simon n’a pas résisté à la précarité de l’hygiène de Lobitos.

 On s’engage dans le désert vers Trujillo, en longeant la côte et on fini en bus pour ne pas se faire attaquer sur une partie de cette route un peu dangereuse parait-il. A Trujillo, on rencontre Lucho, la personne la plus connue par les cyclistes en amérique du sud. Sa gentillesse et son amour pour le vélo on fait le tour du monde. On reste une semaine à la casa de ciclistas pour retaper nos vélos, manger chez Lucho et Arachelli, faire du sand board. On rencontre de nombreux cyclistes et surtout on fait la connaissance de Ben et Ale, en tandem avec qui on s’entend très bien.

On repart vers Huaraz en vélo. Pas facile de partir de zéro pour arriver à 3000 m 5jours après! Huaraz,l a mecque de la montagne dans la cordillère blanche. La vue est  imprenable de notre hôtel sur les  5 et 6000 qui nous entourent. Malheureusement nous ne ferons pas de trek ici car nous avons passé la saison et il pleut tous les après-midi. Nous ne tentons pas. Ben et Ale nous rejoignent et tous les 4, nous repartons pour traverser le parc Huascaran. Inoubliable, extraordinaire sont les mots qui nous viennent à l’esprit. Nous avons été chanceux de n’avoir quasiment que du ciel bleu ce qui nous a permis de profiter de la vue sur les hauts sommets alentour. La piste caillouteuse et raide, montait jusqu’à 4860 m,  notre record jusqu’à présent. Avec un peu de feuilles de coca dans les joues, ça passe.

De Huanuco, nous continuons vers Cusco via Lima en bus. Plus de 24 h de bus ! Mais cela nous fait gagner un mois de vélo et de nombreux cols. Cusco est une des plus belles villes que nous avons visitées malgré les touristes. Nous marchons vers le Machupichu : un de nos plus beaux souvenirs également. Après s’être caché dans les nuages jusqu’à midi,  tout le site s’est révélé à nos yeux comme par magie. A Aguas Calientes, on mange chez Patrick qui tient Indio Feliz depuis des années. Ce restaurant – musée vaut le détour à lui tout seul jusqu’à là-bas. C’est Excellentissime !!!

Ben et Ale reprennent le bus vers Puno et pédalent par la suite. Après avoir bien insisté, Simon me convainc de faire ce trajet à vélo et je ne le regrette pas du tout. Les termes à 4000 m sur le chemin valent le coup. Nous traversons l’immense altiplano et atteignons des records avec une moyenne de 90 km par jour pendant 5 jours.  De Puno à la frontière, la route nous a paru  du coup beaucoup moins sympa.

 

Les plus du Pérou :

-         La rencontre avec Lucho et sa famille, le projet de mettre en place une fondation avec Ben et Ale.

-          Notre route partagée avec les amis.

-         Le surf à Lobitos.

-         Les jus de fruits et les ceviches sur les marchés.

-         Les parcs nationaux et le Machupichu.

-         Notre ascension à 4860 m en vélo. 



 
Les moins du Pérou :

-         Nous recevons des pierres lancées par des gamins vers Puno, on reste choqués !

-         Le mal des montagnes de Marie à Huaraz.

-         La descente sous la pluie dans le parc Huascaran et sous la grêle vers l’altiplano, on a faillit perdre nos doigts !